Qui je suis

SyndicatComment je suis arrivée à la sophrologie :

Il m’a fallu du temps, un peu de souffrance, quelques années d’errance, avant de découvrir ma voie, celle de ma voix d’ailleurs puisque j’ai toujours aimé aider l’autre à être plus heureux et aussi lui conter des histoires, parfois en chantant. La sophrologie m’a offert un extraordinaire moyen de concilier avec bonheur ces deux aptitudes, aider et conter. Mais j’ignorais au départ à quel point cette méthode allait me transformer profondément et durablement, pour ma plus grande joie.

J’étais une personne terriblement anxieuse, imaginant toujours le pire, persuadée que mes limites étaient des barrières infranchissables, alors qu’elles étaient essentiellement le fruit de mes peurs. Comme j’aimais beaucoup le théâtre et le chant, je me retrouvais parfois sur une scène, la gorge nouée et le cœur palpitant, avide de recueillir du public l’estime, la reconnaissance que je ne savais pas me donner. Infirmière de profession, en 1999 je me suis tournée vers la psychiatrie, désireuse d’avoir plus de temps pour accueillir les larmes des personnes en détresse. Mais je négligeais la mienne et n’en avais pas conscience.

J’ai d’abord découvert des méthodes pour relaxer, détendre… les autres, bien sûr. Puis la sophrologie est venue à moi par la Faculté de Médecine de Marseille où j’ai pu obtenir un Certificat Universitaire de Sophrologie, grâce à l’enseignement d’Alain Zuili.

Ce certificat n’étant pas un diplôme officiel de praticien permettant d’exercer en libéral la profession de sophrologue (minimum 400 heures de présence en cours nécessaires), j’ai naturellement approfondi ma formation à l’Institut de Formation en Sophrologie Relationnelle, l’école d’Alain Zuili, près d’Avignon. Et c’est dans cet environnement bienveillant et structurant que j’ai enfin dépassé mes peurs limitantes, en découvrant toutes les ressources, les capacités qui existaient au fond de moi. En deux ans et demi j’ai appris non seulement un nouveau métier passionnant, mais surtout une nouvelle façon d’être et de me sentir dans ma vie, solidement enracinée dans une réalité plus consciente et plus confiante, tout en donnant libre cours à mon potentiel créatif et à la joie, l’envie de vivre qui étaient paralysées par des croyances erronées.

Aujourd’hui, lorsque l’océan s’agite autour de moi en vagues menaçantes et que le vent mauvais voudrait me ramener au pays du doute, des tensions douloureuses, de l’impuissance désespérée, je sais qu’il demeure au creux de moi un espace calme, serein, inébranlable, à la fois ferme et détendu. Cet espace de liberté, je le dois à l’entraînement qu’il est indispensable de pratiquer au quotidien, comme le musicien et le danseur répètent chaque jour des exercices pour se sentir dans leur art solides et légers.

Si au début l’on peut trouver fastidieux de s’arrêter quelques minutes pour prendre conscience de son corps, ses émotions et ses pensées, et les apaiser par quelques techniques simples, très vite l’on se surprend à rechercher ces moments d’intimité avec soi-même qui conduisent à un sentiment de paix intérieure tout en sentant une énergie nouvelle circuler en soi.

Diplômes:

  •  Certificat d’études universitaires de Sophrologie: Faculté de Médecine de Marseille
  •  Diplôme de Praticien en Sophrologie Relationnelle: Institut Zuili à Jonquerettes
  •  Diplôme de Sophrologue délivré par la Fédération des écoles professionnelles de  Sophrologie (FEPS)
  • Diplôme d’état d’infirmière